Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Pour notre vallée, la Bourges

Attaque honteuse et calomnieuse contre le porteur du projet (3/3)

25 Août 2021, 00:04am

Publié par Le collectif "Pour notre vallée, la Bourges"

Voici l'article que le Dauphiné a eu la correction de publier dès le 24 août (voir ici et ici):

Attaque honteuse et calomnieuse contre le porteur du projet (3/3)

Voici également l'intégralité du courrier envoyé par le supérieur de la communauté au Dauphiné

Madame,

    En tant que supérieur de la FMND, je vous envoie ce courrier mail pour réagir à votre article, page 4, du Dauphiné Libéré du 21 août 2021, avec ce titre : "Famille missionnaire de Notre-Dame : des dérives sectaires ?" Vous posez, bien sûr, une question, mais votre article contient des calomnies que je ne peux pas accepter. Bien sûr, vous citez un rapport de la Miviludes. Mais ce rapport est à sens unique et il pose question. Comment se fait-il qu'il n'est pas fait référence au courrier envoyé par les parents d'un de nos frères, le 5 octobre 2019 ? Je vous mets en copie cette lettre. Le rapport de la Miviludes que vous citez est un rapport d'activité 2018-2020. Cette lettre du 5 octobre 2019 aurait dû être prise en compte en vue d'un rapport objectif.

    Je suis entré dans la FMND, le 8 septembre 1976. Mon père, Jean Pinède de Laurac-en-Vivarais, décédé le 31 octobre 2019, était chevalier de la Légion d'honneur et chevalier de l'ordre national du mérite. Il n'aurait jamais accepté que son fils fasse partie d'une communauté marquée par les dérives sectaires dont parle le rapport de la Miviludes, que vous retransmettez sans vérifier si "les rumeurs" à charge contre nous sont fondées ou non.

    Pendant 30 ans, j'ai vécu ma vie religieuse dans le plein respect de ma liberté. Ma famille peut en témoigner. Je suis supérieur de la FMND depuis le 19 avril 2006. Je ne me considère pas comme un supérieur parfait, mais je témoigne qu'il est calomnieux de prétendre que les correspondances seraient lues et censurées. Je n'ai jamais ouvert une lettre adressée à l'un des membres de la FMND. Vous pouvez les interroger. Il est calomnieux d'affirmer qu'il ne serait pas possible de sortir voir sa famille et que les appels seraient également très limités. Je demande à la Miviludes de me donner le nom du frère ou de la soeur qui aurait eu des difficultés d'accès aux soins médicaux. Je n'accepte pas que l'on laisse croire que nos frères prêtres manipuleraient leurs frères et soeurs et ne respecteraient pas le secret de la confession. S'il en était ainsi, je serai le premier à faire appliquer rigoureusement le Droit Canon de l'Eglise sur ce point. Il est faux d'affirmer qu'il est fait état de legs des biens avant l'intégration définitive des membres.

    Venez interroger nos jeunes frères et soeurs, vous constaterez par vous-même qu'ils ont leur personnalité et que leur liberté est pleinement respectée. Ils ne sont pas formatés dans le même moule ! Vous serez aussi surprise de constater que nos frères et sœurs ne viennent pas tous de familles bourgeoises. Ce n'est pas un péché d'ailleurs de venir de telles familles, mais ceux qui viennent de ces familles ne sont pas nécessairement ceux qui alimenteraient le plus notre trésorerie pas des dons conséquents !

    J'ai souvent rappelé ce dicton, à la suite de notre Père Fondateur : "laissez dire, laissez faire, mais ne laissez pas croire". J'espère que le Dauphiné Libéré citera mon témoignage. Les soi-disant dérives sectaires qui nous sont reprochées sont calomnieuses et diffamantes. Je ne peux pas laisser croire !

    Je ne remets pas en question votre travail de journaliste, mais je tenais à vous envoyer ce témoignage car beaucoup de personnes ont été troublées par votre article qui porte un préjudice injuste à notre Communauté.

    En vous remerciant de prendre en considération ce courrier, je vous prie d'agréer, Madame, l'expression de mes salutations distinguées.

Enfin, voici également l'intégralité de la lettre envoyée par les parents d'un religieux de la communauté à la Milivudes et évoquée ci-dessus :

Le 5 octobre 2019

Madame, Monsieur,

Nous avons pris connaissance sur Internet que votre organisme avait été saisi par M. François JACQUART, Mme Bérengère BASTIDE et M. Raoul LHERMINIER ; « pour connaître son avis sur la congrégation la famille missionnaire de Notre-Dame des neiges». Ils veulent s’assurer auprès de la Mission Interministérielle que cette congrégation n’est pas dans une dérive sectaire au sens de la législation qui régit cette question. »

Nous nous permettons de nous adresser à vous pour vous donner un bref témoignage sur cette congrégation religieuse, reconnue tant par Rome que par l’État français.

Nous avons un fils qui y est entré en 1999 à l’âge de 18 ans. Il y est entré librement, et est désormais dans cette Communauté depuis environ vingt ans. Nous l’avons vu s’épanouir, et il y est tout à fait heureux. Nous avons des contacts réguliers avec lui, pouvons aller le voir régulièrement, et nous pouvons témoigner que la Communauté favorise les contacts avec les familles sans aucune difficulté.

Nous avons un second fils qui y est entré en 2014. Il n’y est resté qu’un an et a quitté la communauté en 2015. Tout s’est passé de manière très cordiale, et nous pouvons témoigner aussi que sa liberté a été tout à fait respectée, tant pour son entrée que pour son départ.

Tous deux sont prêts à témoigner de ce que nous vous disons ici. Si vous désiriez davantage de renseignements, nous restons à votre disposition pour compléter ce témoignage.

D’autre part, nous pouvons témoigner que nous participons à des activités avec cette communauté depuis plus de trente ans, ce sont des week-end où nous sommes logés et nourris, que jamais on ne nous a demandé d’argent, il est demandé simplement à chacun de donner en fonction de ce qu’il peut.

Par ailleurs, nous vous serions reconnaissants de bien vouloir nous faire part, en tant que parents concernés, des conclusions que vous enverrez aux personnes qui vous ont demandé votre avis.

En vous remerciant par avance de votre réponse, nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression des nos salutations distinguées,

Commenter cet article