Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Pour notre vallée, la Bourges

Attaque honteuse et calomnieuse contre le porteur du projet (1/3)

24 Août 2021, 23:28pm

Publié par Le collectif "Pour notre vallée, la Bourges"

A l'heure où les opposants viennent de subir deux revers importants en justice (voir ici et ici) et où le porteur du projet, fort de l'avis très favorable du rapporteur public,  a fait appel de la décision du tribunal administratif, les attaques prennent désormais un chemin différent et une tournure diffamatoire.

A croire que les opposants ne trouvent plus leur inspiration ni dans le code de l'urbanisme, ni dans celui de l'environnement... 

La Miviludes (Mission Interministérielle de Vigilance et de Lutte contre les Dérives Sectaires) a publié son rapport 2018-2020 en juillet.  Un tout petit paragraphe est consacré à la FMND sur 184 pages (pages 82 et 83)... Deux médias locaux (Le Dauphiné et La Tribune) ont contacté exactement au même moment, vers le 20 août, la FMND en vue d'un article sur le sujet. Voir ici celui du Dauphiné.

Que deux médias locaux s'intéressent tout d'un coup, au beau milieu de l'été, au même sujet, n'est pas le fruit du hasard. Quelqu'un leur a probablement transmis ce rapport, pourtant très peu en lien avec l'actualité ardéchoise en leur indiquant les bonnes pages... Suivez notre regard.

Ce n'est pas la première fois que des accusations de dérives sectaires sont portées contre la FMND, notamment par les opposants historiques anticléricaux de Saint-Pierre de Colombier. L'un d'entre eux, qui a quitté le village depuis plusieurs années, continue à s'activer en envoyant de nombreux mails à certains Colombiérois, aux élus locaux et même à l'évêque de Viviers. Il évoque systématiquement à chaque fois son intérêt pour les dérives sectaires mais reste très prudent. Il n'accuse jamais ouvertement car la diffamation est punissable par la loi. Le collectif "Pour notre vallée, la Bourges" l'a contacté en février 2021 pour lui proposer une rencontre... qu'il a courageusement déclinée.

Voici ci-dessous quelques photos de 2015 et un article de journal où l'on peut reconnaître un autre opposant historique développant le thème des dérives sectaires :

Attaque honteuse et calomnieuse contre le porteur du projet (1/3)
Attaque honteuse et calomnieuse contre le porteur du projet (1/3)
Attaque honteuse et calomnieuse contre le porteur du projet (1/3)

Ces sous-entendus ne sont donc pas nouveaux. Ce qui l'est plus, c'est d'avoir réussi à transmettre à la Miviludes suffisamment de "témoignages", anonymes ou pas, pour que cet organisme les publie officiellement sans même avoir mené la moindre enquête. Aujourd'hui, il suffit donc de se concerter à plusieurs, de dénoncer des dérives sectaires et de trouver des élus motivés pour les transmettre à la Milivudes pour marquer du fer rouge une association ou une congrégation religieuse.

En effet, ni la FMND, ni les parents de religieux, n'ont jamais été contactés. Aucune vérification n'a été effectuée. La Miviludes, comme beaucoup d'organismes d'Etat, manque de moyens et de personnel, si bien qu'ils en arrivent à faire confiance aux témoignages, aux dénonciations, aux lettres anonymes et même à certaines associations pour les alerter. Vous avez bien lu : "certaines associations".

Quant aux signalements envoyés à la Miviludes, François Jacquart, ancien élu régional communiste, se vante sur son compte facebook d'en être un des auteurs :

"Le cabinet du Ministre de l'intérieur m'a transmis un courrier m'informant de questionnements sérieux du Ministère sur la Famille missionnaire suite à mes propres interrogations liées à des témoignages (...)

Je ne suis en aucun cas en dehors de l'essence du communisme. L'Humain d'abord c'est ce qui m'importe. Ce n'est pas à moi de dire si la FMND produit des dérives sectaires mais il était normal en tant qu'élu de questionner le Ministère de l'intérieur, Ministère des cultes dès lors que des témoignages m'étaient présentés. L'Article 40 oblige tout élu informé d'une situation anormal à faire un signalement. Voilà c'est tout."

François Jacquart reconnait avoir pris sa carte du parti communiste à l'âge de 16 ans, c'est à dire en 1973 lorsque opposants et dissidents croupissaient en URSS au fond des goulags. L'idéologie communiste étant responsable de plus de 100 millions de morts au XXème siècle, il faudrait reconnaître qu'en matière de maturité à 16 ans, François Jacquart aurait pu faire mieux.

Il ne devrait donc pas trop s'inquiéter de voir des jeunes de 18 ans faire le choix de la vocation religieuse... 

La Une (1953) du quotidien préféré de François Jacquart

La Une (1953) du quotidien préféré de François Jacquart

Et si on lit attentivement la réponse polie du cabinet de Gérald Darmanin, on se rend compte que le dossier semble bien vide pour que le seul sujet abordé concrètement soit "l'engagement précoce de jeunes femmes et hommes tout juste majeurs au regard de la loi" dans la communauté.

Attaque honteuse et calomnieuse contre le porteur du projet (1/3)

François Jacquart s'inquiète-t-il également de voir des jeunes de 18 ans faire le choix d'un engagement dans l'armée française. Sait-il que des jeunes âgés de moins de 20 ans sont morts au combat en Afghanistan ou au Mali ? Est-ce une preuve d'immaturité ou bien d'un grand courage ?

Commenter cet article