Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Pour notre vallée, la Bourges

Meylan : une association opposée par idéologie à la construction d'une église, utilise des arguments écologistes

19 Avril 2021, 17:09pm

Publié par Le collectif "Pour notre vallée, la Bourges"

Saint-Pierre de Colombier en Ardèche et Meylan en Isère ont un point commun : le même scénario, très bien rôdé du côté des militants radicaux, pour s'opposer par idéologie à toute construction d'église.

Ils utilisent systématiquement l'argument écologiste mais camouflent mal, voir pas du tout, leur haine de la religion catholique.

Bien qu'il s'agisse d'un projet plus modeste, avec une église de 299 places et de dix mètres de hauteur, la virulence des attaques est de même nature. L'affaire a commencé en 2018 quand le maire de Meylan a accordé un permis de construire à la Fraternité Saint Pie X pour construire une église sur leur propre terrain :

La commune de Meylan en Isère aura bien sa nouvelle église. L'édifice religieux, d'une capacité d'accueil de 300 personnes devrait être érigé sur le site de l'école privée hors contrat Saint-Pierre-Julien-Eymard. Mais si la construction du bâtiment ne pose pas de problème en soi, c'est l'organisation religieuse qui va prêcher en ses murs qui ne plaît pas à tout le monde (…) L'organisation, bien implantée sur le territoire quoique discrète, gère également l'école privée de la commune, qui accueille une cinquantaine d'enfants. Le nouveau maire LR de la commune, Jean-Philippe Blanc, élu à l'automne 2017 n'y voit pourtant rien à redire sur le plan légal et sur la conformité avec les règles d'urbanisme (…)

Du côté de l'opposition municipale, plusieurs élus de gauche s'étaient fermement opposés au projet, mais leur demande a finalement été rejetée par vote ce lundi. Ces élus, qui se sont constitués en groupe, estiment que les trois églises catholiques déjà présentes sur la commune suffisent. Mais c'est surtout sur l'idéologie religieuse défendue par la fraternité que ces élus veulent attirer l'attention (...)"

Il n'en fallait pas moins pour que l'ancien maire de gauche s'offusque de manière caricaturale :

"(...) les responsables de l’école Saint-Pierre-Julien-Eymard et du lieu de culte projeté sur son site entretiennent-ils, ou non, des liens avec des mouvements extrémistes, racistes, homophobes et violents ?"

Mais comme tous ces arguments sont un peu légers et surtout complètement idéologiques, l'association constituée pour s'opposer à cette construction a dû chercher du côté du code de l'urbanisme et du code de l'environnement pour attaquer le permis au tribunal administratif selon un procédé bien connu à Saint-Pierre de Colombier :

"(...) L'accès au site se situerait dans un virage, empiétant sur "une piste cyclable en site propre et à proximité d'un carrefour important desservant le lycée du Grésivaudan". Les remblais de terre (3000 mètres cube) seraient excessifs, les places de parking en nombre insuffisant. Le permis prévoirait également l'abattage de deux arbres, pourtant situés en Espace Boisé Classé (...)"

Le nouveau maire de gauche élu en 2020 a donc pris le relais en comparant même cette église aux mosquées islamistes :

"Est-ce que les politiques nationaux vont venir ici pour interdire la construction de cette église, comme ils le font pour des musulmans. Il ne faut pas faire deux poids, deux mesures. Ce qui est dit dans la loi séparatisme, c’est que l’État veut combattre tous ceux qui combattent les racines ou les valeurs de la République. Moi j’estime que Civitas et la Fraternité Saint-Pie-X combattent les valeurs de la République. Ils sont contre la liberté de croire, la liberté de penser, la liberté de conscience. Ils ne reconnaissent pas beaucoup de nos lois, en particulier l’égalité homme-femme par exemple. Je dis donc à l’État de prendre ses responsabilités et d’interdire l’installation de ces églises."

Le tribunal administratif de Grenoble vient donc de rejeter le recours déposé par l'association MeyDia. Le permis est donc valide et les travaux pourront commencer :

"(...) Le tribunal administratif de Grenoble a validé le permis de construire et débouté du même coup, ce jeudi, l'association meylanaise de gauche MeyDia qui s'opposait à ce projet, arguant de problèmes de circulation aux abords du lieu et aussi d'un problème environnemental, car pour bâtir cette église il faudra abattre les arbres du grand parc. Durant l'audience, le rapporteur public avait balayé ces arguments, estimant que la Fraternité avait revu son permis de construire dans le bons sens (...)"

 

La Fraternité Saint Pie X est une communauté de prêtres traditionnalistes qui a été en conflit ouvert avec le Vatican durant de nombreuses années, étant même considérée à un moment comme intégriste et schismatique. Mais grâce à un dialogue plus ou moins fructueux en fonction des périodes, la situation s'est débloquée progressivement. En 2009, le pape Benoit XVI a levé les excommunications qui pesaient sur leurs évêques et, en 2016 et 2017, le pape François a rendu licite tous les sacrements délivrés par cette fraternité sacerdotale catholique. La Fraternité Saint Pie X continue son dialogue avec Rome sur certains points doctrinaux où un désaccord persiste.

Commenter cet article