Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Pour notre vallée, la Bourges

La Confédération des artisans du bâtiment de l’Ardèche (CAPEB) demande la reprise des travaux

21 Octobre 2020, 09:42am

Tout récemment élu président de la CAPEB 07, Benoit Gauthier s'est immédiatement saisi de la suspension inique du chantier du site Notre Dame des Neiges à Saint Pierre de Colombier, qui concerne effectivement de nombreux artisans du bâtiment en Ardèche. Voici des extraits de l'article du Dauphiné

Dans un courrier envoyé le 14 octobre au préfet de l’Ardèche, le président Benoit Gauthier explique notamment :

« Des entreprises du bâtiment, majoritairement locales, ont répondu à un marché, ont obtenu des travaux et pour certaines ont déjà commencé le chantier. Tout ceci dans un cadre normal et légal, avec un projet qui avait un permis de construire accordé en bonne et due forme depuis décembre 2018 […].

Il est surprenant et même inadmissible que des opposants pour la plupart extérieurs à la commune, pour des raisons politiques, philosophiques ou autres viennent dans un premier temps occuper illégalement le chantier et arrivent à faire stopper les travaux ».

Et de poursuivre :

« Cette situation pose interrogation à toutes les entreprises : comment travailler sereinement si à tout moment les chantiers s’arrêtent car une minorité d’opposants se manifeste après les délais légaux impartis. »

Cette situation impacterait cinq entreprises artisanales ardéchoises adhérentes à la Capeb 07.

« Dans la période difficile que nous traversons […] c’est un gros coup dur pour ces entreprises », ajoute le président dans son courrier. Avant de conclure : « S’il n’y a pas de reprise des travaux rapidement, il faudra mesurer les conséquences économiques et financières et prendre en compte le préjudice subi. »

 

Il est surprenant et même inadmissible que des opposants pour la plupart extérieurs à la commune, pour des raisons politiques, philosophiques ou autres viennent dans un premier temps occuper illégalement le chantier et arrivent à faire stopper les travaux"

Benoit Gauthier, président de la CAPEB 07

Dans la lettre que la CAPEB a également envoyée au collectif "Pour notre vallée, la Bourges", Benoit Gauthier fait une remarque de bon sens et primordiale dans ce dossier :

"Il n'y a plus besoin de procédures, de recours classique en matière de règles d'urbanisme, s'il suffit d'occuper un chantier pour tout stopper".  

 

Il ajoute :

"Dans la période difficile que nous traversons, où il faut mettre beaucoup d'énergie et de moyens pour relancer l'économie et plus particulièrement le secteur du bâtiment, c'est un gros coup dur pour ces entreprises.

Nous savons que les parties prenantes, pour ou contre ce projet ont été entendues, que des études complémentaires vont être menées, mais il faut absolument prendre en compte les entreprises du bâtiment concernées.

Dans un esprit d'apaisement et avant de réagir, nous avions attendu la décision du 1er octobre en espérant la reprise des travaux mais, en suspendant les travaux jusqu'en juillet 2021, la situation est complètement différente.

Nous sommes prêts, aux côtés de nos entreprises à nous mobiliser pour essayer de trouver des solutions acceptables (...)"

La Confédération des artisans du bâtiment de l’Ardèche (CAPEB) demande la reprise des travaux

"Il n'y a plus besoin de procédures, de recours classique en matière de règles d'urbanisme, s'il suffit d'occuper un chantier pour tout stopper"

Benoit Gauthier, président de la CAPEB 07

Il faut aussi savoir que d'autres artisans, non adhérent de la CAPEB, sont également concernés par ce chantier. Ils sont en train de s'organiser pour faire également remonter leur mécontentement. Certains ont déjà envoyé des courriers à des élus et à la préfecture et d'autres envisagent de se regrouper et demander une audience à la préfecture.

61 entreprises, dont 40 ardéchoises, sont engagées sur ce chantier. L'impact économique est considérable (voir notre article ici).

La Confédération des artisans du bâtiment de l’Ardèche (CAPEB) demande la reprise des travaux
Commenter cet article